le choix du moment pour roquer

Plusieurs articles ont été consacrés au roque qui, je le rappelle, permet de mettre le roi à l’abri derrière un bouclier de pions et de centraliser une tour (alors qu’elle est au départ complètement bloquée dans un coin de l’échiquier).

Nous avons vu également les conditions dans lesquelles s’effectue ce coup spécial lors de la phase d’ouverture de la partie et l’intérêt qu’il y a parfois à attendre le développement adverse pour choisir son côté de roque (si l’adversaire se développe sur l’aile roi vaut mieux roquer sur l’aile dame et inversement).

Aujourd’hui je voudrais attirer votre attention sur la nécessité de devoir observer la position qui est obtenue après le roque avant d’effectuer ce coup.

L’exemple objet du diagramme ci-dessus provient d’une partie jouée ce matin sur Internet. Mon adversaire qui dispose des Noirs vient d’effectuer un grand roque. J’ai alors joué Fh4 afin de faire une enfilade qui gagne la tour en d8 en échange d’un fou ce qui m’a permis de gagner la partie.

Mon adversaire se devait d’attendre d’avoir déplacé sa dame pour roquer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s