la simultanée et la simultanée à l’aveugle

La simultanée est un événement (souvent une exhibition) où un fort joueur affronte plusieurs adversaires amateurs (souvent disposés en demi-cercle autour de lui) chacun sur un échiquier distinct. Chaque adversaire doit jouer son coup au moment où le maître est devant lui. Encore aujourd’hui, ce type d’évènement (simultanée d’un maître contre des amateurs) est populaire […]

le problème de l’origine du jeu d’échecs

Le jeu moderne des échecs européens diffère fortement des versions primitives. Il existe des jeux d’échecs différents, persans (chatrang), indiens (chaturanga), arabes (shatranj), mongols (shatar), européens, birmans (sit-tu-yin), thaïs ou cambodgiens (makruk), malais (catur), chinois (xiangqi), coréens (janggi), japonais (shogi), etc. Tous ces jeux partagent un ensemble de traits qui renvoient à une véritable préhistoire puisqu’il n’existe aucun témoignage direct et sans équivoque du supposé […]

la partie d’échecs de Lucas van Leyden

La partie d’échecs est une peinture du peintre néerlandais de la renaissance Lucas van Leyden réalisé en 1508.Le tableau montre une jeune femme et un homme en train de disputer une partie d’échecs. Le plateau de jeu a 96 cases (8 fois 12 cases) ; il s’agit d’une variante ancienne du jeu qui s’était propagée depuis le […]

la cadence Fischer

Cette cadence de jeu a été brevetée en 1988 par le champion du monde Bobby Fischer. Elle ajoute un certain temps supplémentaire pour chaque demi coup. Le temps non consommé n’est pas perdu. Il est ajouté au temps total alloué.  Un joueur rapide peut, par voie de conséquence, se retrouver au cours de la partie […]

un conflit d’armées mais avec la violence en moins

réédition Le chaturanga est un jeu de stratégie combinatoire très ancien d’origine indienne. C’est une variante du jeu d’échecs; toutefois on ne peut pas affirmer avec certitude que ce jeu soit apparenté au jeu d’échecs. Chaturanga était un terme militaire qui désignait les quatre forces qui constituaient l’armée indienne: les éléphants, les cavaliers, les chars […]

les échecs chinois s’apparentent aux échecs occidentaux

réédition Le xiangqi (chinois : 象棋 ; pinyin : xiàngqí ; Wade : hsiang-ch’i ; cantonais Jyutping : zeong kei ; cantonais Yale : jeuhng kéi ; littéralement : « échiquier des éléphants »), aussi appelé « échecs chinois » (par opposition aux échecs occidentaux), est un jeu de société combinatoire abstrait qui se joue sur un tableau rectangulaire (plateau généralement de 9 lignes de large sur 10 lignes de long). Le jeu est également […]

une variante circulaire des échecs

réédition Les échecs circulaires sont une variante du jeu d’échecs. Sa particularité est que l’échiquier a la forme d’un anneau circulaire de quatre cases de largeur. Le jeu compte soixante-quatre cases et se joue avec les mêmes pièces qu’un jeu d’échecs conventionnel. Le déplacement est similaire aux règles des échecs modernes mais se fait en […]

le Janggi ou échecs coréens

Le Janggi parfois appelé échecs coréens, est un jeu de stratégie combinatoire abstrait très populaire en Corée. Le jeu est dérivé du xiangqi (échecs chinois) dont il est très proche. La position initiale des pièces est strictement la même ainsi que le plateau à la différence qu’il n’ a pas de rivière dans sa partie centrale. 

une variante ancienne assez particulière

Les échecs cylindriques sont une variante du jeu d’échecs et une condition féerique du problème d’échecs, dans lesquelles certains bords de l’échiquier communiquent.Cette variante des échecs apparait dès 947 dans les écrits de l’historien Al Masû’dî comme l’une des six variantes possible du jeu.On distingue les échiquiers cylindriques verticaux (les colonnes a et h communiquent), […]